La restauration

Les étapes de la restauration

Dès 1993, était attirée l’attention de la municipalité sur la nécessité d’entreprendre les travaux de restauration de la chapelle de l’Ermitage, le plus ancien élément constitutif du patrimoine communal. Accueillant favorablement notre observation et pour mieux sensibiliser la population à notre objectif, le maire suggérait alors la création d’une association propre à la sauvegarde du sanctuaire. Ce qui fut décidé par l’assemblée constitutive du 20 avril 1994.

La Commune et Les Amis de la chapelle de l’Ermitage de Font-Romeu s’associaient donc dans un objectif commun, en totale identité de vue, partagée par la municipalité suivante, la Commune étant maître d’ouvrage des travaux.

Dates marquantes :

1995 : réfection totale du plancher du camaril.
1996 : intervention sur la toiture, réparation des vitraux et du garde-corps de la tribune.
1997: construction d’un drain longeant la partie supérieure de l’édifice, restauration du retable dit de St Jean-Baptiste, restauration de la statue de la Vierge.
1998 : suite des travaux de drainage.
2001/2002 : importants travaux sur la partie de toiture couvrant le chœur et le camaril, reprise quasi totale de la charpente.
2003 : consolidation du mur nord-est de l’édifice.
2004 à 2006 : travaux de restauration de l’intérieur de la chapelle (maçonnerie, voûte et murs, réfection totale de l’éclairage, travaux de peinture, installation des éléments de chauffage, sécurisation du camaril…)
2007 : intervention d’un spécialiste sur le retable de l’autel majeur en vue des cérémonies liées à son tricentenaire ; aménagement de la tribune avec estrade facilitant l’accès des auditeurs aux concerts donnés dans la chapelle.
2007/2008 : restauration et nouvelle présentation sécurisée des ex-voto.
2009 : importants travaux engagés par la Commune pour le total assainissement du site.
2010/2011 : interventions sur la fontaine.
2012 : modifications de l’éclairage du camaril. Constitution des dossiers préalables à la totale restauration du retable du maître-autel, du retable de Saint-Joseph et du camaril.
2013 : Les dossiers précités ont fait l’objet d’études spécifiques par les organismes institutionnels (Direction Régionale des Affaires Culturelles/Monuments Historiques, Conservation départementale des Antiquités & Objets d’Art, …). L’Inspecteur des Monuments Historiques, étant très attaché à la possible restauration des peintures originelles des panneaux fleuris du camaril (recouvertes en 1876), nous a assuré de son concours pour réalisation d’une étude complémentaire par des techniciens spécialistes du Centre interrégional de Conservation et Restauration du Patrimoine de Marseille. A ce jour (20.08.2013), nous attendons que suite soit donnée à sa démarche.
2015: Après de longues démarches obligatoires, l’année a vu l’accomplissement de la restauration du retable Saint-Joseph dont le retour a eu lieu le 10 décembre en présence des organismes de restauration et de représentants des organismes qui ont participé au financement.

retable avant restauration

Avant la restauration

DSC_0006smaller

Après la restauration

À noter, les interventions successives du Centre de Conservation et Restauration du Patrimoine (C.C.R.P.), émanation du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, (Cf. www.cg66.fr) notamment sur le retable de St Jean-Baptiste et sur les ex-voto, remarquablement présentés.

Témoignages de reconnaissance

Tout d’abord ceux des adhérents fidèles et de nombreux visiteurs, connus ou inconnus, qui se félicitent de la restauration et de l’embellissement de la chapelle, grâce aux efforts incessants des animateurs de l’association.

En reconnaissance des actions menées en vue de la sauvegarde du sanctuaire, l’association a bénéficié d’un prix attribué par Vieilles Maisons Françaises. D’autre part, et pour les mêmes raisons, la Commune a obtenu un diplôme d’Honneur décerné par la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France, www.sppef.fr).